jeudi 22 mars 2012

I put a Spell on you. L'Uomo, la Donna e la Bestia - 1977

Avant de commencer la réhabilitation du réalisateur italien Alberto Cavallone, sur une blogosphère cinématographique de plus en plus renfermée sur elle-même à mon humble avis, je tiens à prévenir les plus sensibles des lecteurs qu'ils pourraient être choqués par ce qu'ils vont lire et voir. Notez comme j'essaie (en vain ?) d'attirer mon rare public...

Peu connu en France le réalisateur italien Alberto Cavallone a marqué le cinéma transalpin puis tout le cinéma de genre (et extrême) non pas avec son nanar Le maître du monde  (I padroni del mondo, 1983) ou sa Baby-sitter en 1981, mais avec son tryptique surréaliste et scandaleux commencé avec l'étrange Maldoror en 1977, suivi de son chef-d’œuvre L'Uomo, la Donna e la Bestia (connu aussi sous le titre : Spell) réalisé aussi en 1977, pour se terminer avec le choquant Blue Movie (1978).


En 1977, dans la province italienne, le quotidien de différents personnages (un peintre communiste et sa femme scatophile (sic), une jeune prostituée, un boucher amoureux de diverses chairs fraîches, sa femme et sa pathétique fille enceinte, le jeune et beau curé du village sujet de bien des fantasmes) se croisent, dans la ferveur d'une fête patronale de village.

L'arrivée d'un jeune éphèbe vagabond bouleverse ce fragile équilibre, pour basculer dans un terrible final (attention aux plus sensibles d'entre vous).

Le personnage principal est un villageois italien s'improvisant artiste communiste (Staline n'était-il pas un grand connaisseur d'art moderne ?). Celui-ci se sert de sa femme paraphilique (notre personnage principal, pas Staline !) pour son art : il réalise des patchworks. Tout comme A.Cavallone réalise son film patchwork, son personnage fait de même avec ses propres tableaux en collant des images d'organes à diverses images de femmes découpées dans des magazines. 
Sa femme tente, elle, de découper les mamelons de sa bonne… 

                                               Un beau couple d'artistes avant-gardiste !


Tandis que la fête religieuse se déroule dans le village, les adolescents se rencontrent pour des joutes amoureuses ou plus virils, sous les yeux du boucher (toujours aussi obsédé par la chair fraîche) très attentif, lui, aux cuisses des jeunes villageoises.

Un adolescent rencontre le jeune vagabond qui a été blessé dans un combat de rue. Il l'emmène se faire soigner chez le couple d'artistes atypiques, ce qui amènera le film à l'incroyable scène finale.
La joie des préparatifs de la fête annuelle, la musique étourdissante de l'orchestre du village feront ressurgir tous les désirs et névroses de chacun, laissant éclater un final épouvantable, voire dantesque.

Le jeune vagabond perturbe les villageois, d’ailleurs au début du film il sortira du cimetière pour errer dans le village, puis sera rouer de coups dans le combat de rue. Il transporte avec lui toutes les attentes, tous les désirs refoulés des personnages.

Tandis que la fête touche à son paroxysme, l'atmosphère du film se charge d'une violente ferveur, accentuant sans doute la folie de la femme de l'artiste.


Pendant tout le film, les personnages n'aspirent, pour le spectateur, à aucune empathie (excepté peut-être pour le vagabond... mais bon, c'est un jeune éphèbe après tout), mais aspirent plutôt à une sorte de rejet de leur attitude plus proche de l'animalité, pour se transformer en simple déchet. J'évoque, là, l'hallucinante scène finale de scatologie.

En réalisant Spell, film patchwork et scandaleux, le réalisateur Alberto Cavallone voulait, plutôt que choquer ses compatriotes, éclabousser toutes les valeurs de la société italienne de l'époque : la religion, la sacro-sainte famille et même l'amour (formaté ?).
Le réalisateur issu du film documentaire, et homme très cultivé, s'est beaucoup inspiré des maîtres du Surréalisme, utilisant d’ailleurs pour l'affiche de son film, une œuvre significative du peintre Marx Ernst.


Toute l'œuvre d'Alberto Cavallone, en particulier durant ses années de contre-culture cinématographique, s'inspirera du travail de nombreux artistes complexes, comme Georges Bataille Histoire de l'œil, Sade, et bien sûr Lautréamont Les Chants de Maldoror - extrait : "(...) tu rappelles au souvenir de tes amants, sans qu'on rende toujours compte, les rudes commencements de l'homme, où il fait connaissance avec la douleur, qui ne le quitte plus".

Pour Spell, la récurrence visuelle au tableau de Gustave Courbet L'Origine du monde est frappante, tel un leitmotiv acide durant tout le film. On peut évoquer aussi, dans une vision plus "agréable" certains tableaux de Giuseppe Arcimboldo.

Le réalisme du film se mêle perpétuellement au surréalisme sous toutes ses formes d’inspiration créant un film difficile dans un patchwork sans véritable ligne narrative, dénonçant l'emprise de la religion et des idées marxistes dans la classe moyenne italienne. 
C'est une société qui s'essouffle, où les protagonistes, à la fois cruels et passionnés, se croisent, s'observent pour mieux s'utiliser… jusqu'à la folie.

El Uomo, la Donna e la Bestia est une sorte de succession de tableaux étranges et sombres, s’ouvrant sur une hideuse tête de coq. Tableaux à la fois réalistes et métaphoriques qui malgré tout forment une histoire cohérente, où le sexe est sous-jacent et vécu de manière "laborieuse". D'ailleurs la référence à l'œuvre de Georges Bataille (déjà évoquée plus haut) est flagrante lors de la scène incroyable (mais il y en a tant d'autres) où l'une des protagonistes "place" un œil de bœuf dans son vagin ! 

                                                      J'avais prévenu : film extrême !

Aujourd'hui  Spell  est toujours un film choquant. Les amateurs de l'œuvre d'Alejandro Jodorowsky Santa Sangre, La Montagne Sacrée reconnaîtront cet univers surréaliste et lugubre à l'humour noir et obscène. 

La représentation religieuse, la représentation animale aussi, sont une sorte de dénonciation de la nature de l'Homme : sempiternelle et lente dégradation du genre humain, tandis que celui-ci aspire à sa réussite matérielle (et scientifique ?).

A. Cavallone nous offre un film lugubre et choquant et renvoie encore et toujours à Lautréamont – Extrait des Chants de Maldoror : "(...) c’est peut-être la haine que tu veux que j’invoque dans le commencement de cet ouvrage ! Qui te dit que tu n’en renifleras pas, baigné dans d’innombrables voluptés, avec tes narines orgueilleuses, larges et maigres, en te renversant le ventre (...)".

Un film inclassable et glauque, étrange et dérangeant. Spell est le second tableau d'un triptyque philosophique qui donne la vision très personnelle d'une société italienne (occidentale) déclinante d’un réalisateur extrême.
D'ailleurs ce triptyque de l'italien Alberto Cavallone collait bien avec le cinéma de genre de l'époque : celui du film gore et du film de cannibales, mais aussi des débuts de la Sexploitation. A réserver donc à un public très averti.

Post-scriptum de la Dame : à noter aussi la très envoûtante bande musicale de Claudio Tallino.

Titre : L'Uomo, la Donna e la Bestia
Titre original : L'Uomo, la Donna e la Bestia (ou Dolce Mattatoio, ou Spell)
Réalisation : Alberto Cavallone
Scénario : Alberto Cavallone
Musique : Claudio Tallino
Société de production : Stefano Film
Pays : Italie
Genre :Drame
Durée : 100 minutes
Année :1977



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire